8 décembre 2020 / 8 décembre 2021 : année spéciale dédiée à Saint Joseph

Avec la Lettre Apostolique Patris corde (avec un coeur de père), François rappelle le 150ème anniversaire de la proclamation de Saint Joseph comme Patron de l’Église universelle. C’est en effet par le décret « Quemadmodum Deus », signé le 8 décembre 1870, que le bienheureux Pie IX a voulu que ce titre soit attribué à Saint Joseph.

Pour célébrer cet anniversaire, le Souverain pontife décrète une année spéciale dédiée au père putatif de Jésus. À cette occasion, une année spéciale « Saint Joseph » se tiendra du 8 décembre 2020 au 8 décembre 2021.

En cliquant sur les liens ci-dessous, vous aurez accès à deux documents réalisés spécialement pour marquer l’année dédiée à Saint Joseph et rappeler tous les évènements qui s’y rattachent :

affiche
dépliant

Sanctuaire de Saint Joseph du Chêne à ciel ouvert
Chapelle de Saint Joseph du Chêne

Nous avons la chance d’avoir sur le territoire de la paroisse Saint Benoît en Val de Moine, le sanctuaire de Saint Joseph du Chêne à Villedieu, où se déroulent de nombreuses cérémonies communes à nos deux paroisses Saint Benoît et Saint Maurice en Val de Moine.

Pour découvrir l’histoire du sanctuaire de Saint Joseph du Chêne depuis son origine en 1856

Cette année, tout particulièrement, sera marquée par les événements suivants :

  • tous les mercredis à 16h, messe
  • tous les jeudis à 9h30, messe
  • vendredi 19 mars 2021, fête de saint Joseph, messes à 9h, 10h et 16h
  • dimanche 20 juin 2021, dimanche des Familles
  • dimanche 29 août 2021, pèlerinage annuel, messe à 10h30 présidée par Mgr Delmas, évêque d’Angers
  • dimanche 12 septembre 2021, fête paroissiale
  • mercredi 8 décembre 2021, messe de clôture à 10h30

Pour venir au sanctuaire en groupe ou en paroisse :

  • capacité de la chapelle (conditions sanitaires actuelles ) : 30 personnes
  • contacts pour réserver : adresse mail du secrétariat de la paroisse ou téléphone presbytère de saint Macaire en Mauges : 02 41 55 30 28

Consulter la lettre apostolique du 8 décembre 2020

« Un père aimé, un père dans la tendresse, dans l’obéissance et dans l’accueil, un père au courage créatif, un travailleur, toujours dans l’ombre » : avec ces mots, le Pape François décrit saint Joseph dans la Lettre apostolique publiée ce 8 décembre 2020.

La pandémie de Covid-19, écrit le Pape, nous fait comprendre l’importance des personnes ordinaires, celles qui, éloignées des projecteurs, font preuve de patience, insufflent l’espérance et veillent à créer une vraie co-responsabilité. À l’image de Saint Joseph, « l’homme qui passe inaperçu, l’homme de la présence quotidienne, discrète et cachée », et qui « pourtant, joue un rôle inégalé dans l’histoire du salut » .

Père aimé, tendre et obéissant

Saint Joseph a exprimé concrètement sa paternité en ayant « fait de sa vie une oblation de soi, de son coeur et de toute capacité d’amour mise au service du Messie » (Paul VI, homélie, 19 mars 1966).

En lui, « Jésus a vu la tendresse de Dieu », « celle qui nous fait accueillir notre faiblesse », parce c’est « à travers, et en dépit de notre faiblesse », que se réalise la plus grande partie des desseins de Dieu. « Seule la tendresse nous sauvera de l’oeuvre de l’Accusateur », souligne le Saint-Père, et c’est en rencontrant la miséricorde de Dieu, « notamment dans le Sacrement de la Réconciliation, que nous pouvons faire une expérience de vérité et de tendresse », parce que « Dieu ne nous condamne pas, mais nous accueille, nous embrasse, nous soutient, nous pardonne ». Joseph est également père dans l’obéissance à Dieu : avec son “fiat”, il sauve Marie et Jésus et enseigne à son Fils à « faire la volonté du Père ».

Un père qui accueille la volonté de Dieu et du prochain

Dans le même temps, Joseph est « père dans l’accueil », parce qu’il reçoit Marie « sans conditions préalables », un geste important encore aujourd’hui, « en ce monde où la violence psychologique, verbale et physique envers la femme est patente ». L’époux de Marie est celui qui, confiant dans le Seigneur, accueille dans sa vie des événements qu’il ne comprend pas, laissant de côté ses raisonnements et se réconciliant avec sa propre histoire. La vie spirituelle de Joseph « n’est pas un chemin qui explique, mais un chemin qui accueille ». Ce que Dieu dit à notre Saint, il semble le répéter à nous aussi : « n’ayez pas peur », parce que « la foi donne un sens à tout événement, heureux ou triste ».

Père courageux et créatif, exemple d’amour pour l’Église et les pauvres

« Le charpentier de Nazareth, explique le Pape, sait transformer un problème en opportunité, faisant toujours confiance à la Providence ».

Il affronte les problèmes concrets de sa famille, comme le font toutes les autres familles du monde, en particulier celles des migrants. « En ce sens, je crois que Saint Joseph est vraiment un patron spécial pour tous ceux qui doivent laisser leur terre à cause des guerres, de la haine, de la persécution et de la misère » . Gardien de Jésus et de Marie, Joseph « ne peut pas ne pas être le gardien de l’Eglise », de sa maternité et du Corps du Christ : « chaque nécessiteux, chaque pauvre, chaque souffrant, chaque moribond, chaque étranger, chaque prisonnier, chaque malade est “l’Enfant” que Joseph continue de défendre », et de lui, nous apprenons à « aimer l’Église des pauvres ».

Un père qui enseigne la valeur, la dignité et la joie du travail

Honnête charpentier qui a travaillé « pour garantir la subsistance de sa famille », Joseph nous enseigne aussi « la valeur, la dignité et la joie » de « manger le pain, fruit de son travail ». Ce trait caractéristique du père putatif de Jésus donne au Pape l’occasion de lancer un appel en faveur du travail, « devenu une urgente question sociale », même dans les pays où l’on vit un certain bien-être. « Il est nécessaire de comprendre, avec une conscience renouvelée, la signification du travail qui donne la dignité », qui « devient participation à l’œuvre même du salut » et « occasion de réalisation, non seulement pour soi-même, mais surtout pour ce noyau originel de la société qu’est la famille ».

Au regard de l’aggravation de la pandémie de Covid-19, François appelle à « revoir nos priorités », afin que nous puissions nous engager à dire : « aucun jeune, aucune personne, aucune famille sans travail ».

[*La Lettre apostolique Patris corde est en intégralité ici.